Les stages Leonardo da Vinci

Le programme LEONARDO DA VINCI permet aux jeunes diplômés et aux personnes sur le marché du travail de bénéficier d’une bourse pour un stage en entreprise dans un pays participant au programme. La durée du stage doit être comprise entre 2 et 26 semaines. L’entreprise d’accueil doit se trouver dans un autre pays que celui dont le jeune candidat est ressortissant ou  dans lequel il réside. Ces stages permettent aux jeunes candidats de se prévaloir d’une première expérience professionnelle à l’étranger.

Les bourses LEONARDO DA VINCI ne sont pas directement octroyées par ANEFORE, mais par le biais d’un organisme d’envoi au Luxembourg – actuellement le Centre d’Information Jeunes (www.cij.lu).

Les jeunes en formation professionnelle initiale peuvent également bénéficier d’une bourse pour un stage à condition que leur lycée ait un projet LEONARDO DA VINCI Mobilité en cours. Ces stages doivent avoir une durée de 2 à 39 semaines. Les lycées suivants offrent cette possibilité: le Lycée Technique Agricole, le Lycée Technique Hôtelier Alexis Heck, le Lycée du Nord Wiltz, le Lycée Technique pour Professions de Santé, le Lycée Technique pour Professions Educatives et Sociales et le Lycée Technique Ettelbruck.

Afin d’obtenir plus d’informations, prière de contacter, soit ANEFORE: leonardo@anefore.lu ou tél.: +352 247-85284, soit le CIJ à cij@info.jeunes.lu ou tél: +352 2629 3219.

Voici plusieurs témoignages de partcipants au programme Leonardo da Vinci :

« Dans le cadre du programme Leonardo da Vinci, j’ai pu effectuer, après mes études en psychologie,  un stage au sein du service Subway . Ce dernier s’occupe de jeunes masculins qui se prostituent dans la ville de Berlin. L’objectif institutionnel est la prévention des maladies sexuellement transmissibles et de l’abus sexuel, ainsi que la création d’un endroit protégé auquel les jeunes ont accès notamment pour satisfaire leurs besoins humains primaires (p.ex. se laver, laver leur linge, déposer des bagages, cuisiner et manger, jouer, être conseillé voire accompagné, se retrouver dans une ambiance détendue hors d’un quotidien sexualisé souvent difficile).

Grossièrement, le travail effectué par Subway auquel  j’ai activement participé peut être scindé en trois majeurs axes :

Le centre d’accueil forme un de ces axes. Ce centre est situé dans le quartier où les jeunes font le trottoir et est ouvert cinq jours  par semaine. Les lieux sont dotés d’une cuisine, d’une grande salle à manger, d’installations sanitaires dont une douche ainsi que de deux salles de détente avec baby-foot et tennis de table. Pendant la journée, des lits sont à disposition des jeunes.

Parallèlement au centre d’accueil, le streetwork permet de rencontrer les jeunes pris dans leur quotidien et d’atteindre, par ailleurs, ceux qui ne fréquentent pas le centre d’accueil. De plus, le travail dans les rues et dans les bars au sein desquelles la prostitution trouve lieu permet aux professionnels d’être au plus proche des jeunes et d’apprécier différentes problématiques d’un autre point de vue.

Finalement, les consultations médicales et socio-pédagogiques constituent un troisième volet important du projet.

L’ensemble de ces domaines d’activité vise une prise en charge globale des jeunes et assure un soutien dont les jeunes n’auraient pas recours dans un autre contexte institutionnel à Berlin.

Grâce au programme Leonardo da Vinci, j’ai non seulement pu découvrir un univers professionnel intéressant mais j’ai par ailleurs pu prendre connaissance de structures institutionnelles ainsi que de personnes qui m’apparaissent comme étant d’une grande importance pour mon cursus et professionnel et personnel ultérieur. A mes yeux la participation au programme Leonardo da Vinci constitue la parfaite transition entre la vie étudiante et la vie professionnelle. »

–          Jacques Kohl auprès de Subway – Hilfe für Jungs e.V. à Berlin

« Après avoir terminé mes études aux Beaux-arts de Bordeaux j’ai eu la chance de faire un stage à l’étranger grâce au programme Leonardo Da Vinci. J’ai choisi de m’adresser à une artiste plasticienne professionnelle résidant à Berlin. C‘était l‘occasion de combiner mon envie profonde et sincère d‘apprendre à connaître une autre culture et le besoin de me familiariser avec le milieu artistique.

Berlin est une ville absolument passionnante, c’est avec enthousiasme que je suis  partie à la découverte d’endroits tout aussi insolites qu’uniques au sein de la capitale Allemande. La scène artistique berlinoise est très vaste, il y en a pour tous les goûts.

Les entrevues hebdomadaires avec l’artiste étaient très conviviales et les tâches, que j’effectuais, concernaient mon domaine d‘étude. Il s’agissait de recherches, d’aide technique à la réalisation d’œuvres, de mise en relation avec d’autres acteurs culturels et d’archivage.

Non seulement, l’artiste, pour qui j’ai travaillé, partageait ses connaissances, mais elle m’aidait aussi à organiser ma vie professionnelle, me faisant profiter de ses contacts. Ainsi j’ai participé à plusieurs manifestations culturelles qui ont autant élargi mon cercle amical que professionnel. Cette expérience fut donc extrêmement bénéfique. »

–          Laurianne Bixhain

« J’ai travaillé dans une unité de cardiologie ou j’ai entre autres eu la possibilité de voir une coronarographie. J’ai pu travailler en équipe, ai réalisé des soins d’hygiène et entrainé mes connaissances linguistiques en allemand. Pour moi c’était aussi fort intéressant de comparer les deux systèmes d’hôpitaux (luxembourgeois et autrichien). Je me suis bien entendu avec la responsable du service ainsi qu‘avec toute l’équipe. »

–          Martine Brucher, stage du 8 au 28 mars 2010 à l’  « Universitätsklinikum Innsbruck » en Autriche, Projet « LEONARDO DA VINCI Mobilité 2009 » du Lycée Technique des Professions de Santé.

Marnie, Max, Liss et Jonathan nous racontent pourquoi il est important de ne pas rater une opportunité comme celle-ci.

Marnie Ludwig:

« Pourquoi chercher des entreprises très près si on peut avoir la chance de traverser les frontières et, outre la formation professionnelle visée, vivre une expérience inoubliable? Pendant un mois la ville de Cosenza, petite ville historique dans le centre de la Calabrie (Italie), constituait ma nouvelle demeure. Mon poste de stage, l’association d’accueil San Pancrazio est une association à des buts tellement variés, dont le principal est de combattre des situations de marginalisation et de s’insurger contre toute forme de diversion. Donc, mes occupations et devoirs étaient d’autant plus riches et multiples, allant de l’aide aux devoirs à des travaux d’agriculture et de céramique  à l’animation de projets de rue. Outre l’échange riche dans le cadre du stage, le partage d’un appartement au centre de Cosenza avec trois jeunes de la Lituanie, constituait une expérience précieuse en échanges interculturels et  multilingues au coeur même de l’Europe. Unis par le même sort, on a passé chaque minute libre à explorer la région, découvrir les traditions et coutumes et effectuer des petites excursions dans les villes voisines. Pourquoi chercher tellement près, si on peut aller plus loin?”

Liss Dublin a été à Granada, en Espagne. Europoyectos Leonardo da Vinci était l’organisation où elle a travaillé et qu’est ce que Leonardo lui a apporté ?

« J’ai vraiment aimé faire ce programme. Habiter avec les autochtones, apprendre leurs coutumes, apprendre une nouvelle langue et découvrir les richesses d’un pays que j’adore… j’ai eu vraiment de la chance d’y aller ! Je conseille à tous les jeunes qui aiment voyager et connaître différentes cultures de faire un Leonardo da Vinci. L’expérience s’agit d’un stage professionnel, et même s’il peut t’aider à trouver un emploi dans l’avenir, il est surtout une expérience personnelle très enrichissante. »

Max Thoss avait 18 ans quand il a décidé de sortir de son pays d’origine pour partir à la découverte de Portugal et de ses aspirations professionnelles.

« J’ai décidé de faire un Leonardo da Vinci, car je n’étais pas sur de ce que je voulais faire après mes études. J’aimerais être éducateur, mais les incertitudes m’ont amené vers Mercês, une ville au côté de Lisbonne. Ici j’ai travaillé chez Casa Pia, une maison qui accueille des jeunes entre 13 et 17 ans qui se trouvent en danger et à risque de l’exclusion ayant des besoins éducatifs particuliers. Malgré leurs problèmes, travailler avec eux était toujours amusant et j’ai réalisé qu’être éducateur était vraiment ma vocation. Outre le travail, j’ai connu un peu de ce pays et sa culture en visitant quelques villes avec mes colocataires. Participer dans ce programme a été un des meilleurs moments que j’ai vécu de toute ma vie et je conseille à tous les jeunes de le faire. »

Jonathan Perez est parti à l’aventure, toujours à la recherche de plus d’expériences professionnelles. Lors de son odyssée il a découvert Padova (Italie), le Luxembourg (où il a fait le SVE) et a finalement abouti à Londres…

« Vivre à l’étranger est plus qu’une expérience professionnelle, c’est surtout une expérience pour la vie. Il peut changer la vie de la plupart des gens qui eux-mêmes s’aventurent à partir de son pays d’origine. C’est comme si après vous avez confiance de découvrir le monde spécial et insolite qui est dehors les frontières. Ça vous offre d’innombrables émotions inconnues et il peut être une vie épanouie au processus d’apprentissage. Leonardo est une excellente opportunité de progresser dans votre carrière professionnelle, d’améliorer vos compétences linguistiques, d’augmenter votre confiance et, si vous avez de la chance, une offre d’emploi peut se produire. Avant de partir à l’étranger, je me sentais incomplet… aujourd’hui je me sens plus mûr, expérimenté et  compétent. »

Anefore
58, bd. Grande-Duchesse Charlotte
L-1330 Luxembourg
www.anefore.lu
leonardo@anefore.lu
tél. : 24 78 52 84

 

Centre Information Jeunes

26, place de la Gare

L-1616 Luxembourg

www.cij.lu

cij@info.jeunes.lu

tél. : 26 29 32 19